· 

RENCONTRE AVEC CHRISTELLE CHIGNARD PAUL

Portrait d'une créatrice déterminée

Atelier Calla, c'est elle ! J'avais déjà rencontré Christelle Chignard Paul à Port-au-Prince, en juin 2016. J’avais entendu parler de ses créations et Christelle m'a alors très gentiment accueillie à l'atelier, pour m’expliquer son travail et me présenter son équipe. Ce fut le début d'une collaboration enthousiaste : Atelier Calla, créé en 2007, est en pleine croissance, et le Label Créole est fier de promouvoir des créations aussi élégantes !

 

C'est donc avec beaucoup de plaisir que nous nous sommes retrouvées ce mois d'avril, lors d'un passage-éclair de Christelle à Bruxelles.

 

(Crédit photo : Françoise Elizée - @haitirediscovered.)

(Crédit photos : @ateliercallahaiti)

Un amour de jeunesse

Ce jour-là, nous avons rendez-vous dans un petit restaurant de la Place Stéphanie. Christelle connaît très bien Bruxelles : elle y a vécu dix ans, suivant ses parents d’abord, durant son adolescence, puis préférant faire ses études en Belgique plutôt qu’en France malgré ses origines françaises. « La Belgique était plus rassurante, plus à taille humaine pour moi qui étais une jeune fille très réservée. La région parisienne, dont est originaire ma famille paternelle, me faisait un peu peur… » C’est donc à l’ICHEC, à Bruxelles, que Christelle a fait ses études en Gestion commerciale, avant de retourner vivre en Haïti.

 

« Enfant déjà j’étais très attirée par tout ce qui était esthétique. J’ai eu la chance de beaucoup voyager étant jeune, cela m’a notamment donné le goût des musées. Comme nous avions de la famille en Europe, nous allions souvent chercher des cadeaux dans des boutiques de souvenirs et d’artisanat en Haïti. J’adorais ça ! Après douze années passées à travailler dans une banque en Haïti, me lancer dans la création a donc été comme retourner à un amour de jeunesse. Ça s’est fait très naturellement. De fil en aiguille, des opportunités se sont présentées et mon atelier a grandi ! Grâce à certaines rencontres, notamment avec la célèbre styliste Donna Karan, j’ai davantage structuré mon activité. Nos produits ont eu beaucoup de succès et, depuis quelques années, nous sommes passés d’un niveau relativement amateur à un niveau d’artisans professionnels. »

Recyclage et upcycling

Le travail de la corne de bœuf avait peu évolué depuis l’enfance de Christelle. « Je trouvais dommage qu’une matière si belle reste toujours dans la même dimension, explique-t-elle. Je cherchais une matière qui me permette de m’exprimer sans monotonie et la corne était celle qui me parlait le plus. C’est une matière unique et qui offre toute une palette de possibilités. »

 

Au bout d’une année de recherche et de tests, Christelle décide de lancer sa marque Atelier Calla, du nom de cette fleur si élégante encore appelée « arum blanc d’Ethiopie ». Si au début cette activité était une sorte de passe-temps (Christelle ne présentait à l’origine ses créations que sur quelques foires par an), elle a peu à peu pris de l’ampleur. « Au début, j’ai griffonné des dessins que j’ai soumis à des artisans, histoire d’évaluer la qualité de leur travail. Je leur commandais des pièces détachées que j’assemblais moi-même. Je mariais à l’époque la corne à des pierres semi-précieuses (quartz, grenat…), ou du métal. Il fallait que j’importe ces pierres, ce qui me limitait et faisait augmenter le coût de mes créations. Petit à petit, je me suis mise à développer des modèles composés avec le plus d’intrants haïtiens possibles. C’est comme ça que peu à peu, mon équipe et moi avons introduit dans nos collections le bois, la noix de coco, l’os de bœuf aussi. »

 

Ces matériaux sont facilement disponibles en Haïti, et issus du recyclage. Christelle poursuit : « Nous récupérons la corne et l’os des bœufs dans les abattoirs. Pour la noix de coco, nous nous fournissons auprès de fabricants d’huiles ou de confiseurs. Enfin, nous achetons des chutes de bois de menuiserie –dans de plus rares cas, des planches. Nous travaillons essentiellement avec du bois de gommier et d’acajou, en provenance du Sud du pays, qui n’est pas la région la plus affectée par le déboisement. Le gommier provient d’une plantation où le reboisement se fait systématiquement : c’est un bois qui se régénère très rapidement. Les quantités qu’il nous faut ne sont de toute façon pas énormes. »

Comment fait-on des créoles ?

Vous craquez pour les boucles d’oreilles créoles de notre site ? Sachez que leur fabrication requiert l’intervention d’au moins quatre artisans et se fait en plusieurs jours ! « Tout d’abord, la corne arrive entière, donc il faut la presser, c’est-à-dire l’aplatir pour en faire une « feuille ». Cette première étape demande l’intervention d’une personne extérieure, qui vient presser la corne tous les 10 ou 15 jours à l’atelier, histoire que nous ayons un stock suffisant pour notre production. Cette personne commence par faire chauffer la corne, puis l’aplatit avec une presse. La corne est alors prête à être taillée : c’est à ce moment qu’on lui donne la forme de créoles, par exemple. Ensuite, elle sera sciée puis sablée, et on continue de la travailler à la meule pour obtenir un résultat plus fin. Une fois les créoles parfaitement polies, a lieu l’assemblage, avant expédition à nos partenaires et exposition sur les présentoirs. »

Vous avez dit vegan ?

« Oui ! Nous avons développé une collection pour une marque des Etats-Unis, dans un premier temps en corne de bœuf. Comme cette marque a une clientèle vegan, elle nous a demandé des pièces dans d’autres matériaux qui ne soient pas d’origine animale, tels que le bois et la noix de coco, explique Christelle. Ce genre de collaborations m’ouvre à d’autres réalités. La création est importante, mais il faut être à l’écoute du public, renchérit-elle. Pour maintenir une activité et des emplois pérennes, on ne peut pas créer uniquement pour soi. Il faut s’adapter. »

1° Faire ses preuves, 2° grandir !

Si Christelle polit et sable parfois elle-même ses créations, elle s’occupe surtout du design des modèles et de la gestion de son atelier. Son équipe se compose pour le moment de 18 artisans. « Le premier défi à relever a été de me faire accepter en tant que femme entrepreneure dans un milieu exclusivement masculin, puisque les artisans qui travaillent la corne en Haïti sont tous des hommes ! » Avec le temps, la jeune entrepreneure déterminée a fait ses preuves et a réussi à se faire accepter comme cheffe d’entreprise et bijoutière spécialisée dans la corne.

 

Elle a récemment engagé des femmes aussi, comme « assembleuses » : « J’ai compris, dit-elle, que si je souhaitais grandir, il fallait que je délègue et que j’embauche de nouveaux collaborateurs. Nous avons également déménagé récemment, dans des locaux plus adaptés. Déléguer l’assemblage m’a permis de créer plus d’emplois et de dégager du temps pour démarcher de nouveaux clients et partenaires, faire la promotion d’Atelier Calla. Concernant l’outillage, nous avons ce qu’il faut en Haïti, même si parfois nous devons acheter certaines pièces à l’étranger. »

 

Les créations Atelier Calla se trouvent dans de nombreux points de vente en Haïti, ainsi qu’en ligne. Christelle et son équipe espèrent exporter davantage encore leur savoir-faire, tant via la vente de leurs propres créations que dans la réalisation de commandes sur mesure –y compris de pièces détachées. « Nous avons démontré notre capacité à produire pour d’autres marques et designers, indique fièrement Christelle. » Livrer à temps des commandes répondant rigoureusement aux exigences de ses clients est une priorité pour cette perfectionniste consciente qu’une expérience d’achat négative a des répercussions catastrophiques. « Nous sommes ouverts à de nouvelles collaborations pour développer des produits spécifiques, qui répondent aux attentes de nos clients et partenaires y compris en Europe ! »

Le succès, c'est pouvoir penser à la prochaine étape!

Quand je lui demande quelle est sa définition du succès, Christelle me répond, philosophe : « Le succès c’est de toujours avancer, de parvenir à se projeter dans l’avenir. Nos réalisations ne sont pas une fin en soi : il faut pouvoir se demander quelle est la prochaine étape ! Pour moi, le succès c’est de ne pas s’asseoir sur ses lauriers. » Voilà qui en dit long sur le dynamisme de Christelle Chignard Paul. Longue vie à Atelier Calla !

 

Marie-Lou Nazaire

Retrouvez les bijoux Atelier Calla sur : https://www.labelcreole.com/bijoux/bijoux-en-corne/

Écrire commentaire

Commentaires: 1
  • #1

    Christelle (samedi, 27 avril 2019 13:07)

    Merci pour cette belle et fidèle présentation. Je te remercie au nom de tous à Atelier Calla et je souhaite longue vie à notre collaboration avec Label Créole!